En poursuivant votre navigation sur ce site, sans modifier le paramétrage de vos cookies, vous acceptez l’utilisation de cookies nous permettant de réaliser des statistiques de visite.
En savoir plus

En ce moment

La Maisona, un outil de conception pour une maison du futur « human inside »

Résumé

Google Home, Apple HomePod, Amazon Echo… véritables majordomes numériques du futur, les assistants virtuels débarquent dans nos maisons. Avec Djingo, Orange n’est pas en reste et ses travaux de recherche s’orientent vers le concept de « maison sensible et intelligente » pour concilier de façon indissociable intelligence artificielle, expérience client et éthique : il s’agit de mettre l’utilisateur au centre des préoccupations pour garantir la sécurité et la confiance, essentiels dans un lieu aussi intime que le domicile.

Dans cet objectif, Orange se dote d’une plateforme de recherche chargée d’élaborer une expérience ultra-personnalisée de l’assistance domestique. Ce travail de fond commence par l’exploration du terrain à l’aide de « maisona » : des archétypes de maisons qui permettent de prendre en compte les particularités de chaque foyer (type de bâti, situation géographique, habitudes des habitants). Au nombre de 6, elles décrivent la diversité des situations vécues, entre une colocation d’étudiants, un couple avec ou sans enfants, une famille monoparentale… En construisant ces catégories à partir d’une collecte de connaissances et de synthèses de données, les chercheurs d’Orange peuvent s’extraire de leur imaginaire propre et concevoir les services de demain à partir d’une vision commune de tout ce qu’englobe la notion de maison.


Article complet

Parmi l’ensemble des outils disponibles pour la conception de services en recherche, il manquait jusqu’ici celui qui permet de prendre compte la diversité des habitants, des habitats, des modes de vie, des lieux de vie…

Avec des produits comme Amazon Echo, Google Home et bientôt l’assistant domestique HomePod par Apple, les GAFA partent à la conquête de la maison.

A travers ses offres de connectivité et ses services, Orange est présent depuis toujours dans les domiciles de ses clients et compte franchir une étape supplémentaire début 2018 en lançant Djingo, un modèle d’assistant vocal en français, qui permettra d’interagir avec l’ensemble de l’écosystème de services Orange.

Mais à quoi ressembleront ces majordomes dans le futur ? Que feront-ils de tout ce qu’ils sauront de nous, de nos goûts, de nos habitudes, de nos données ?

Parce que les progrès de l’intelligence artificielle s’accélèrent et parce que le domicile est le lieu d’intimité par excellence, Orange considère qu’expérience client et éthique sont indissociables et que ces révolutions numériques domestiques ne peuvent se faire sans une prise en compte très forte des enjeux de sécurité et de confiance, afin que « la technologie, partant de l’humain pour se mettre au service de l’humain, se transforme en progrès ».

C’est donc pour préparer un futur conforme avec ces valeurs qu’Orange Labs Recherche met en place dans ses laboratoires une plateforme de recherche axée sur la thématique de la « maison sensible et intelligente ». Cette plateforme permet de fédérer les activités de Recherche, d’offrir aux projets un urbanisme mutualisable pour une intégration fonctionnelle et technique facilitée. Mais cette plateforme est aussi un espace de réflexion permettant d’élaborer la vision utilisateur de ce que sera dans un futur plus ou moins proche l’expérience d’une « maison sensible et intelligente ».

La nécessite d’un nouvel outil d’aide a la conception

Pour répondre à cet enjeu « Human Inside », nous utilisons une démarche d’innovation et de conception centrée sur les utilisateurs : sur leurs désirs, contraintes, buts, en tenant compte de leur domicile, de ses caractéristiques et de son environnement.

Nous avons donc à prendre en compte « diverses diversités » : habitants, bâtis, situation géographique et aussi besoins, attentes et contraintes inhérents. Et pour ce faire, nous avons créé un nouvel outil, la Maisona.

A l’instar du Persona, la Maisona est un outil d’aide à la conception. Quand le Persona représente un utilisateur fictif utilisé dans la démarche de conception, la Maisona, elle, dans le cadre de la maison, ne se limite pas à l’individu, elle prend en compte la notion de groupe habitant un domicile et associe au groupe son environnement : en ville, à la campagne, en petite maison ancienne, en grand appartement récent…

Ainsi, une Maisona correspond à un archétype de foyers ayant des particularités, des contraintes, des comportements et des motivations proches. Par foyer nous entendons l’association d’un habitat (bâti), d’un environnement (situation géographique) et d’un groupe d’individus (avec ou sans lien familiaux) qui habitent le lieu.

Proposer plusieurs Maisonas répond au besoin de synthétiser les éléments remarquables issus de notre collecte de connaissances, de communiquer ces données avec les membres de l’équipe projet travaillant sur la plateforme de recherche. Ces Maisonas sont aussi un outil  permettant à chaque membre de l’équipe de s’extraire de son imaginaire individuel propre (sa maison, sa famille ou celles qu’il côtoie) et de partager une vision commune de tout ce qu’englobe la notion de maison (bâti, habitants et environnement géographique). Ces Maisonas basées sur des observations réelles, génère de l’affect, de l’empathie et facilite la projection des membres de l’équipe projet lors de la conception.

Figure 1 : actuellement 6 maisonas disponibles

La construction des maisonas

La construction des Maisonas s’est organisée en trois étapes : constitution du corpus, identification d’éléments saillants dans ce corpus, mise en forme des maisonas.

Étape 1 : La collecte de connaissances, d’alimentation de notre corpus.

Lors de cette étape, nous avons effectué une veille sur les tendances de l’habitat : les nouvelles formes d’habitat, les nouvelles pratiques et tendances émergentes au sein de l’habitat…

Et pour pratiquer une démarche centrée sur les utilisateurs, il faut comprendre ces utilisateurs. Nous avons donc rencontré ces utilisateurs et leur domicile et recueilli, à travers deux études sociologiques, des informations concrètes sur leur façon d’habiter leur habitation au quotidien, sur les relations que les personnes entretiennent avec leur maison, ce qu’ils y projettent, sur leurs rêves, leurs contraintes, leurs attentes… Nous avons effectué ces études sociologiques auprès d’une quarantaine de personnes en face à face à leur domicile et sous la forme d’entretiens semi-directifs. La première étude nous a permis d’explorer les habitudes des familles d’aujourd’hui, et de mesurer la place des différents écrans au sein de ces routines domestiques. La seconde étude nous a quant à elle permis d’évaluer comment les personnes se projettent émotionnellement dans leur maison, quelles émotions elles vivent en fonction des lieux, des contextes, des usages…

Ces deux études ont montré la variété des situations : couples sans enfants, personnes seules, famille nucléaires, monoparentales, recomposées, couples en situation de « conjugalité non cohabitante » ou au contraire ceux qui continuent de cohabiter malgré leur désir de se séparer (les “Living Apart Together” et  “Living Together Apart” selon la terminologie anglosaxonne), les personnes qui se regroupent pour cohabiter pour des raisons financières ou  pour promouvoir un mode de vie plus collectif… Une variété à retranscrire dans nos Maisonas.

Ces  profils variés ont également mis en avant des façons et des attentes  différentes de « vivre la maison » : pour certains la maison est le lieu où l’on se réunit, où l’on partage des moments ensembles, mais pour d’autres, par choix ou par obligation – notamment professionnelle -, la maison est un lieu où l’on ne fait que se croiser. Lieu traditionnel de la cohabitation intergénérationnelle, la maison se complexifie et l’on voit apparaître « des » maisons dans la maison.

Nous avons également pu observer une grande diversité des types de logements (grandes bâtisses anciennes à la campagne, maisons récentes en lotissement, appartements en centre-ville ou en quartiers périphériques…) et des intérieurs (du modèle « catalogue » moderne et épuré à la version figée dans le temps et encombrée).

Ces constations ont été consolidées par des rapports d’études, des publications scientifiques, des ouvrages littéraires et artistiques (cf. bibliographie) qui nous ont montré la nécessité de proposer plusieurs Maisonas et également de mieux appréhender ce qu’évoque une maison explicitement ou implicitement pour ses habitants, ce qu’elle symbolise, ce qu’ils attendent d’elle, ce qui a évolué et ce qui a perduré à travers les temps…

Étape 2 : Identification d’éléments saillants

A l’issue de la phase de recherche d’informations, la seconde étape de la construction des Maisonas a été d’identifier des caractéristiques remarquables qu’il nous semblait important de communiquer à l’équipe projet : ce que les gens font dans leur maison, ce qui les différencie, ce qui est commun, ce qui est particulièrement remarquable…

Les Maisonas sont, dans le cadre de notre plateforme de recherche, un outil de mise en exergue des éléments remarquables de notre corpus notamment de signaux faibles ou de nouvelles tendances. Contrairement à ce qu’elle pourrait être pour des Maisonas à usage plus marketing, l’objectif de la seconde phase n’était donc pas, de proposer des Maisonas représentatives de statistiques, mais de synthétiser efficacement les données notables.

Nous avons pour ce faire identifié des schémas de foyers similaires ou proches et nous avons regroupés ces archétypes sous la forme de six Maisonas, présentant six formes de bâtis différents avec des situations géographiques variées et des habitants représentatifs de la diversité observée.

Étape 3 : Mise en forme

La troisième étape de la construction des Maisonas était de les mettre en forme afin de permettre leur communication au sein de l’équipe projet. Pour chacune de nos Maisonas, nous sommes partis de caractéristiques réelles : plans d’habitations existantes, équipements tels qu’observés, décoration et encombrement conformes à la réalité, familles ou groupe d’individus inspirés des personnes rencontrées… Nos Maisonas ainsi théoriquement définies ont pu enfin être créées et prendre vie. Elles se présentent en quatre parties :

  • l’entête constitue un résumé qui peut être utilisé seul lors de séance de créativité.
    Il fournit une description très synthétique du bâti et de sa situation (appartement en colocation en centre-ville, maison rénovée avec dépendances et grand terrain à la campagne, maison mitoyenne en grande banlieue…).
    Il décrit la constitution du groupe d’utilisateurs : étudiants et jeunes travailleurs, famille monoparentale, couple de séniors…).
    Il met en avant des éléments remarquables : organisation familiale, particularité de l’habitat, points de douleurs…

Figure 2 : l’entête

  • Une seconde partie décrit plus précisément l’habitat :
    • sa situation géographique ;
    • l’« histoire » du lieu, ce qui a motivé le choix de cet habitat ;
    • le plan de l’habitation et les destinations de chaque pièce accompagnée de photographies (ou illustrations) réalistes ;
    • les équipements multimédia et leur répartition dans l’habitat.

Figure 3 : l’habitat

  • Une troisième partie décrit les habitants et leurs liens.
    Chaque personne vivant dans l’habitat est décrite par une mini biographie qui s’apparente à celle d’un Persona. Son prénom et son âge sont fournis et une photo (ou illustration réaliste) permet de favoriser l’appropriation. Le métier ou les études ainsi que les activités de loisirs sont décrites et permettent de mieux donner vie à chaque persona. La description de son quotidien au sein du groupe et celle de l’habitat sont détaillées. Certains éléments marquants sont détaillés, tels un handicap, une phobie, une motivation, une aptitude ou un goût particulier…
    Les principales personnes qui gravitent autour de l’habitat et de ses habitants sont également rapidement décrits : famille, amis, prestataires de services…

Figure 4 : les habitants

  • Une dernière partie prend la forme d’une carte graphique permettant de voir qui est présent dans l’habitat à quel moment de la journée et ce qu’il y fait. Cette carte, sorte de “home journey” met en exergue les moments où le groupe se rassemble, les moments où l’on ne fait que se croiser, les moments où la maison est vide…

Les usages des maisonas

Les Maisonas ainsi constituées ont été imprimées en grand format. Elles constituent un outil lors de nos séances de créativité : elles facilitent l’empathie et la projection.

Elles constituent un outil d’aide à la conception : affichées dans l’espace de travail de l’équipe de conception, elles permettent de rester centrés utilisateurs finaux et facilitent la création de cas d’usage qui sont ancrés dans la réalité.

Elles constituent un outil de décision en nous aidant à arbitrer certains choix difficiles, en évaluant s’il est pertinent ou non de proposer une offre de service unique ou si des déclinaisons par Maisona est utile.

Elles constituent également un outil pour d’autres projets Orange autour de la thématique de la maison.

Figure 5 : les maisonas en action

ET APRES ?

Les Maisonas sont actuellement au nombre de six. Ce nombre évoluera et les Maisonas, elles-mêmes matière vivante, vont se modifier au cours de la vie de la plateforme de Recherche.

Dans le cadre de cette plateforme, les Maisonas ont comme objectif de faciliter le partage d’éléments remarquables de notre corpus, notamment des signaux faibles ou de nouvelles tendances. Ce faisant, les Maisonas permettent un décalage de vue et facilite la créativité bien inspirée en phase de recherche.

Les Maisonas pourraient également être utilisées au-delà de la Recherche, dans des projets en anticipation ou en développement ; elles devront dans ce cas s’appuyer sur des études plus quantitatives permettant de mettre plus en avant une représentativité statistique plutôt que la mise en avant d’éléments remarquables. Dans tous les cas, l’intérêt des Maisonas reste d’associer un habitat, une situation géographique et le groupe d’individus qui habitent ce lieu.

Blog de la recherche

Cet article vient du Blog de la Recherche

Auteurs :

  • Delphine Guégan
  • Sylvie Jumpertz

Domaines de recherche :

En savoir plus :

 

– Le persona :
cooper.com/journal/2008/05/the_origin_of_personas
fr.wikipedia.org/wiki/Persona_(marketing)
– Les conditions de logement en France, INSEE (2017)
– La maison sur le divan, Patrick Estrade, psychotéhrapeute (2009)
– Votre maison nous révèle, Alberto Eigeur, psychanaliste (2013)
– L’inconscient de la maison, Alberto Eigeur, psychanaliste (2004-2013)
– Habiter, un monde à son image, Jean-Marc Besse, philosophe (2013)
– Intérieurs domestiques urbains en France et en Angleterre, étude sur l’aménagement intérieur de logements HLM à Nanterre menée par Sophie Chevalier, maître de conférences en antropologie à l’université de Franche-Comté (2000)
– Life at home, rapport Ikéa (2016)
– Marché de l(immobilier, un potentiel intact – perspectives : les femmes ont les clés en main, étude de l’observatoire Cetelem (2009)
– Les structures sociales de l’économie, pierre Bourdieu, sociologue (2016)
– Living Together Apart : Vivre ensemble séparés -Une comparaison France-États-Unis, Claude Martin, Andrew Cherlin, Caitlin Cross-Barnet (2011)
– Futurs possibles à l’horizon 2030-2050, Futuribles, RAPPORT VIGIE 2016,  (2016)
– Les grandes tendances de l’immobilier en 2016, article de Influencia, Anika Michalowska (2016)
– Home trends journal // issue #7 // Spécial habitat du futur
– La société des voisins : Partager un habitat collectif, Bernard Haumont et Albert Morel (2005)
– The future of Families to 2030, a synthesis report, OECD (2011)
– « Habiter la maison : fondamentaux et imaginaires », Delphine Guégan, Service Designer chez Orange (2016)
– « Familles et habitat », Observations ethnographiques au sein de 20 familles, Sandrine Ville, sociologue chez Orange (2016)
– « Rêves et émotions au domicile », étude sociologiques auprès de 20 personnes à leur domicile, Laurence Dhaleine, sociologue chez Orange (2017)
– « carnet de tendances sur l’habitat », Valérie Chapuis, Sofrecom (2016)