En poursuivant votre navigation sur ce site, sans modifier le paramétrage de vos cookies, vous acceptez l’utilisation de cookies nous permettant de réaliser des statistiques de visite.
En savoir plus

En ce moment

Cédric Seureau explore la mobilité de demain


« La voiture autonome sera au cœur de la mobilité de demain. C’est un terrain de recherche passionnant, qui permet de relever de nombreux défis techniques et d’explorer de nouveaux usages »


Responsable chez Orange Labs à Lannion du projet de recherche « Interconnecting Attractive Territories », Cédric Seureau explore les services de mobilité de demain pour des villes plus agréables et durables.

Les nouvelles technologies ouvrent le champ des possibles en matière de mobilité, une mobilité au cœur de la ville intelligente et durable de demain. Comme demain se prépare aujourd’hui, c’est précisément le travail de Cédric Seureau, responsable chez Orange Labs à Lannion (Côtes d’Armor) du projet de recherche « Interconnecting Attractive Territories ».

« C’est un projet très axé sur la mobilité urbaine, à la fois sur l’aspect réseau – nous nous intéressons par exemple à la voiture connectée, bientôt autonome, et donc à la connectivité à l’intérieur et entre les véhicules – et sur l’aspect services : comment faciliter la mobilité quotidienne des usagers », explique-t-il.

Pour mener à bien ce vaste projet, lancé en avril 2017 par Orange, l’équipe de Cédric Seureau collabore avec un vaste écosystème et en particulier avec les collectivités. Elle contribue notamment à l’initiative inOut, un événement annuel lancé par Rennes Métropole qui vise à inventer et expérimenter les nouveaux services de mobilité sur le territoire de la métropole rennaise.

Le rôle de Cédric Seureau et de ses équipes est par exemple de modéliser les flux de déplacements grâce à l’intelligence artificielle et au Big Data, de façon à mieux organiser les circuits de transports en commun ou les services de covoiturage, et à prédire les trajets.

Rendre l’espace urbain plus agréable

« Si nous pouvons prédire le trajet des conducteurs, nous pourrons prédire les endroits où il y aura des embouteillages, les parkings qui seront pleins, leur permettant de dévier de leur trajectoire pour éviter les bouchons ou pour trouver une place de stationnement disponible, explicite-t-il. L’idée est de rendre l’espace urbain plus agréable pour l’usager, mais aussi pour la communauté dans son ensemble. »

La réduction des embouteillages et, in fine, de la pollution, est l’un des enjeux du programme de recherche dirigé par Cédric Seureau. « Les villes doivent respecter les engagements de réduction des gaz à effet de serre pris dans le cadre de la COP21. Certaines, comme Copenhague, affichent même l’ambition de devenir neutre en carbone d’ici 2025. Cela passe forcément par une modification des usages des transports urbains et interurbains. Notamment on prenant soin d’accompagner chaque usager dans un parcours intégré et personnel : la mobilité devient un service que l’on doit considérer de bout en bout. »

« Pour moi, ajoute-t-il, l’un des objectifs est vraiment de parvenir à regarder la mobilité de demain sous l’angle de la réduction des gaz à effet de serre, et de contribuer, à travers notre recherche et nos solutions, à l’engagement environnemental des villes. »

Le programme « Interconnecting Attractive Territories » était taillé pour Cédric Seureau qui a rejoint Orange en 2010, en tant qu’ingénieur architecte de services. « Ce qui m’a attiré, chez Orange, c’est la diversité des profils et des métiers, et le fait de pouvoir travailler au sein d’équipes pluridisciplinaires. Se mettre autour d’une table avec des ingénieurs, des architectes de réseaux ou des sociologues, pour imaginer les services de demain… Cela crée une effervescence d’idées nouvelles et rend le métier passionnant. »

Ce qu’il apprécie, dans ce métier? La possibilité de s’emparer de sujets techniques décisifs tout en restant toujours au plus près des utilisateurs. Le projet constitue une composante du domaine « Société numérique » (l’un des neuf champs de recherche investis par Orange), qui fait la part belle aux usages issus de la digitalisation dans de nombreux domaines de la société (santé, transports, citoyenneté, etc.).

Co-innovation

Dans le cadre de ses recherches, Cédric Seureau s’intéresse bien sûr aux véhicules autonomes. « Ils seront au cœur de la mobilité de demain même si, malgré les effets d’annonce de certains acteurs, nous n’en sommes pas encore à une autonomisation totale ! C’est encore un terrain de recherche technologique passionnant, qui permet à la fois de relever de nombreux défis techniques et d’explorer de nouveaux usages. »

Le sujet voiture autonome est également notable au titre de la co-innovation qu’elle met en œuvre entre Orange et ses partenaires : les villes, les constructeurs et équipementiers automobiles, les entreprises de télécommunications innovantes.

Le projet Towards 5G, présenté lors de l’édition 2017 du Salon de la recherche d’Orange, du 5 au 7 décembre 2017, illustre bien ce point. Cette plateforme d’expérimentation, en partenariat avec Ericsson & PSA, vise à tester les technologies pré-5G & 5G spécifiques à l’automobile afin d’évaluer leurs capacités à répondre aux exigences de ce secteur où la sécurité est cruciale.

Un exemple qui témoigne d’une recherche de plus en plus ouverte, sur laquelle Cédric Seureau porte un regard très bienveillant. « Je suis fier de l’évolution de la recherche chez Orange, de la façon dont elle parvient à montrer le plus beau jour d’elle-même. Le Groupe arrive à faire en sorte que les chercheurs sortent de leur laboratoire, montrent ce qu’ils font et la valeur ajoutée de leurs travaux, et à tisser des liens avec des partenaires afin de leur permettre de travailler dans un écosystème ouvert et innovant. C’est clé pour la recherche de demain. »


« La voiture autonome sera au cœur de la mobilité de demain. C’est un terrain de recherche passionnant, qui permet de relever de nombreux défis techniques et d’explorer de nouveaux usages »


Mots-clés :

, , ,