En poursuivant votre navigation sur ce site, sans modifier le paramétrage de vos cookies, vous acceptez l’utilisation de cookies nous permettant de réaliser des statistiques de visite.
En savoir plus

En ce moment

Stéphane Pateux, cocréateur de la maison sensible de demain


« Ces outils de reconnaissance et d’analyse de visages constituent le point d’entrée dans une myriade de services intelligents au sein de la maison. »


La maison de demain sera intelligente et sensible, elle offrira une palette de services personnalisés à chacun de ses occupants. Ingénieur de recherche chez Orange, Stéphane Pateux contribue à concrétiser cette vision grâce à ses travaux dans le domaine de la reconnaissance et de l’analyse de visages.

De la recherche au management, et retour. Après avoir dirigé l’un des domaines de recherche d’Orange autour de l’expérience client, Stéphane Pateux fait le choix audacieux, fin 2015, de retourner à la recherche en tant que contributeur, dans le domaine de l’intelligence artificielle.

« Mon expérience managériale fut riche et intéressante, mais j’aime beaucoup la technique. J’avais envie de continuer à participer au développement technologique du Groupe, et apporter mon expérience en recherche », raconte-t-il.

Ingénieur du corps des télécommunications, Stéphane Pateux rejoint Orange en 2004, après avoir passé neuf ans à Inria en tant que chargé de recherche sur les techniques d’analyse de vidéo et de transport vidéo sur réseaux. Il participe au développement de normes de compression vidéo, dont la récente norme de codage HEVC, qui a permis de diminuer considérablement les débits de transmission de flux vidéo et d’introduire l’ultra haute définition sur les réseaux.

Deep learning

Aujourd’hui, Stéphane Pateux travaille sur les technologies de réseaux de neurones artificiels, qui ont considérablement évolué ces dernières années grâce à l’ajout de plus en plus de couches de neurones, contribuant à l’essor du deep learning (apprentissage profond).

Reproduisant de façon simplifiée le fonctionnement des réseaux de neurones biologiques, ces technologies visent à apprendre aux ordinateurs à voir et à entendre – et à comprendre ce qu’ils voient et entendent ! – par l’expérience.

Avec son équipe, Stéphane Pateux développe par exemple des outils de reconnaissance et d’analyse de visages qui permettent de trouver les visages dans une image ou une vidéo, de connaître le sexe d’une personne, d’estimer son âge, de l’identifier, voire d’apprécier ses émotions.

Présentés lors du Salon de la recherche 2017, ses travaux s’inscrivent dans la vision d’Orange d’une future « maison sensible » et alimentent l’offre du Groupe, notamment autour d’un assistant domestique.

« Ce sont les outils qui vous permettent d’être immédiatement reconnu par votre maison ; le point d’entrée, quelque part, dans une myriade de services intelligents au sein de l’habitat connecté », explique Stéphane Pateux.

Concrètement, les techniques de reconnaissance et d’analyse de visages permettent de personnaliser et adapter ces services à chaque occupant. Si l’on prend l’exemple de la vidéo à la demande (VOD), un enfant ne se verra pas proposer le même catalogue de films qu’un adulte.

Publications et récompenses

Ces travaux et ces solutions ont fait l’objet de plusieurs publications et récompenses. « Nous sommes intégrés dans l’écosystème de recherche, et reconnus de par la qualité de nos travaux, souligne Stéphane Pateux. Par exemple, notre technologie sur l’estimation du sexe et de l’âge a été récompensée lors d’une compétition internationale l’année dernière. Elle a été jugée plus performante que l’être humain. »

Si les contacts avec le monde académique sont nombreux et fructueux, ils le sont également au sein d’Orange, où l’équipe de Stéphane Pateux interagit notamment avec les équipes « Anticipation » des différents Orange Labs.

Ayant connu le monde de la recherche académique et celui de la recherche industrielle, l’ingénieur souligne les apports de cette dernière, en particulier chez Orange : « Dans le cadre de la recherche industrielle, nous sommes amenés à faire des choix technologiques qui reposent sur une approche technico-économique », explique-t-il.

« Grâce à la qualité des différents chercheurs et ingénieurs qui travaillent ici, nous sommes capables d’analyser les solutions et de qualifier leurs performances afin de faire ces choix, qui doivent à la fois être viables pour le Groupe et répondre aux attentes de ses clients. Nous ne poussons pas des technologies pour la beauté pure de la technologie ; nous cherchons véritablement à savoir à quoi elles peuvent servir pour les utilisateurs et si c’est le bon moment pour les introduire. »


« Ces outils de reconnaissance et d’analyse de visages constituent le point d’entrée dans une myriade de services intelligents au sein de la maison. »


Mots-clés :

, , ,