En poursuivant votre navigation sur ce site, sans modifier le paramétrage de vos cookies, vous acceptez l’utilisation de cookies nous permettant de réaliser des statistiques de visite.
En savoir plus

En ce moment

Maryline Clare-Charrier imagine la télé du futur

Maryline Clare-Charrier imagine la télé du futur

La télé de demain ne sera plus seulement un écran, mais une fenêtre qui transporte le téléspectateur dans un stade de football ou un théâtre.


Maryline Clare-Charrier travaille sur la télévision du futur. La chef de projet de recherche à Orange Labs a consacré sa carrière à identifier les technologies qui changeront notre expérience de la télévision numérique.

Lorsque l’on interroge Maryline Clare-Charrier sur la télé du futur, elle répond que le téléviseur de demain ne sera plus seulement un écran sur lequel on regarde un programme, mais une fenêtre. Une fenêtre capable de transporter le téléspectateur au cœur d’un stade de football, dans les gradins d’un court de tennis ou à l’intérieur d’un théâtre parce que « tous les détails sont restitués presque aussi bien que ce que notre œil verrait si on était sur place. Parfois mieux, puisqu’on peut faire des zooms ».

Une nouvelle qualité d’expérience télévisuelle

« L’enjeu, affirme Maryline Clare-Charrier, est d’apporter à nos clients une qualité d’expérience audiovisuelle nouvelle, bien meilleure. » Cette spécialiste de l’image et de la vidéo numériques, qui a rejoint Orange en 2005, a consacré une partie de sa carrière à identifier et évaluer les technologies capables d’améliorer la qualité des images et de la télévision numériques.

Parmi les temps forts de son parcours : six mois passés à Sydney, à l’époque où elle travaille chez Canon (où elle reste plus de dix ans) sur le codage des images numériques ; son rôle de responsable de la délégation française pour la norme JPEG2000 et, en 2009, la diffusion du premier opéra live 3D, Don Giovanni. « Quand le directeur de l’opéra de Rennes est venu nous voir, nous commencions à définir un projet et nous apprêtions à travailler avec des partenaires externes sur l’évaluation des technologies live pour la télévision en 3D, se souvient-elle. L’opération Don Giovanni a vraiment été très enrichissante. Elle m’a permis de rencontrer les professionnels du monde audiovisuel : réalisateurs, ingénieurs de la vision, tous ceux qui sont derrière les caméras. » Puis la direction de trois projets collaboratifs successifs marque aussi fortement sa carrière, notamment lors d’événements majeurs sur lesquels elle part travailler avec les ingénieurs et les techniciens pour tester les technologies à l’étude (La damnation de Faust à l’opéra Bastille, le tournoi de Roland-Garros, etc.).

Chef de projet pour 3Dlive (articulé autour de la production et diffusion live 3D) et 4EVER (for Enhanced Video ExpeRience), Maryline Clare-Charrier est aujourd’hui responsable du programme 4EVER-2, qui porte sur le futur format de télévision UHD (Ultra Haute Définition) dans sa version 2 (non seulement plus de pixels, mais aussi de meilleurs contrastes, de meilleures couleurs et de meilleurs mouvements) avec un focus sur la TV live, en particulier la retransmission en direct d’événements sportifs et culturels. Une partie de ses travaux consiste à mesurer la qualité perçue (la satisfaction des utilisateurs par rapport à ce nouveau format) et à évaluer la maturité de la technologie tant en production qu’en diffusion et en réception.

Un travail d’équipe

4EVER-2 est un projet collaboratif, en partie financé par l’État et les collectivités locales, qui rassemble neuf partenaires académiques et industriels français. « Ce mode de travail collaboratif offre beaucoup d’avantages : il nous permet de nous appuyer sur des PME très innovantes, comme ATEME, HTS ou TeamCast, explique Maryline. C’est difficile pour des PME d’engager d’importantes ressources en recherche dans ce type de projets. Grâce au soutien du gouvernement, elles peuvent se lancer et nous, nous pouvons compter sur leur expertise technique pour avancer. »

Parmi les autres partenaires, France Télévisions ou AMP VISUAL TV offrent leur expérience en matière de tournages télévisés et de live, tandis que les académiques, l’INSA de Rennes et ParisTech, contribuent à la recherche en matière de décodage vidéo (norme HEVC, High Efficiency Video Coding), et que GlobeCast apporte ses capacités de diffusion. Des grands fabricants d’écrans ou de caméras proposent régulièrement au consortium leurs prototypes à des fins d’évaluation. Chaque partenaire apporte quelque chose au projet, tous collaborant sous la responsabilité de Maryline qui « coordonne les moyens techniques et humains et s’assure que les choses puissent se faire ». La chef de projet se réjouit : « Tout le monde travaille ensemble, on fait des trucs super intéressants et ça avance bien. »

Un prix remporté en avril 2016 au NAB Show, le plus gros salon professionnel international dédié aux techniques de télévision, est d’ailleurs venu couronner ce formidable travail d’équipe. Attribué pour la première fois à des Français, le Technology Innovation Award récompensait le consortium 4EVER-2 pour ses travaux sur l’UHD phase 2 et son implication dans la normalisation de ce format, qui pourrait bien révolutionner la façon dont on regarde la télévision.

Liens :

www.4ever-2.com
Blog de la recherche Orange


La télé de demain ne sera plus seulement un écran, mais une fenêtre qui transporte le téléspectateur dans un stade de football ou un théâtre.


Mots-clés :

, ,