Un bot vocal en langue subsaharienne

Le wolof est une langue véhiculaire utilisée par 90 % des Sénégalais… et maintenant par un bot vocal !

“L’accès inclusif au numérique représente un défi en Afrique, où l’illettrisme est répandu et où la langue officielle, souvent le français ou l’anglais, n’est maîtrisée que par une minorité de la population, qui pratique environ deux mille dialectes.”

L’accès inclusif au numérique représente un défi en Afrique, où l’illettrisme est répandu et où la langue officielle, souvent le français ou l’anglais, n’est maîtrisée que par une minorité de la population. Et le taux d’illettrisme est un frein au développement des usages du numérique. Environ 2000 dialectes sont pratiqués en Afrique. En Afrique Sub-saharienne tout particulièrement les personnes maitrisant le français ou l’anglais sont minoritaires. Le prototype de boite vocale conversationnelle en Wolof veut exposer les spécificités techniques induites par un travail de reconnaissance du langage sur des langues véhiculaires sous-dotées (rareté des corpus langagiers, orthographe non figée, peu de définitions académiques de la langue) et prouver l’efficacité d’un bot vocal en langue locale.

Le bot a déjà échangé ses premières conversations sur le programme de fidélité clients d’Orange Sénégal, et il pourrait bien être élargi à d’autres langues subsahariennes.

A lire aussi sur Hello Future

Un analyste regarde des données

L’analyse des sentiments sur le Web, outil prédictif prometteur

Découvrir
Une personne correspond avec son chatbot sur son smartphone

Des robots conversationnels redéfinissent les interactions entre clients et conseillers

Découvrir

L’écosystème de Djingo s’ouvre aux partenaires

Découvrir

Les voix artificielles s’humanisent et investissent notre quotidien

Découvrir