En ce moment

Voyage dans le métavers : la technologie arrive mais les acteurs doivent se connecter

Des personnes sont reliées par des lignes lumineuses car une toile d'araignée

“Demain, les casques de réalité virtuelle se réduiront pour devenir des lunettes connectées et offrir toujours plus de confort et d’expériences sensorielles et cognitives aux utilisateurs.”


Avec le prolongement du monde réel vers le virtuel, et inversement, nous nous orientons vers un monde augmenté. Toutefois, des verrous empêchent encore de faire passer l’ère du métavers de la fiction à la réalité. Il faut mettre en musique diverses briques technologiques plus ou moins matures et assurer l’interopérabilité entre différents services.

Les principaux acteurs du secteur numérique s’accordent à penser que la question n’est pas de savoir si le métavers deviendra réalité, mais quand. Depuis l’expérience utilisateur jusqu’aux infrastructures télécoms en passant par les interfaces homme-machine, l’ensemble de la chaîne de valeur du métavers s’appuie sur plusieurs briques technologiques. Certaines ont déjà bien progressé, d’autres doivent encore gagner en maturité.

Une porte d’entrée : les technologies AR/VR

Les lunettes et casques de réalité virtuelle et réalité augmentée (VR/AR) connaissent des progrès importants et rapides ces dernières années. Ces accessoires connectés sont le point d’entrée dans le monde immersif du métavers. C’est cette vision qui amène Facebook à racheter la marque de casque Oculus VR en 2014 – le réseau social étant convaincu que ce casque allait “changer la manière dont nous travaillons, jouons et communiquons”. Snapchat annonce en 2016 le lancement de ses lunettes connectées Spectacles et, en août 2021, TikTok acquiert le fabricant chinois de casque virtuel Pico. De son côté, Orange Innovation expérimente avec la start-up chinoise NReal l’usage des lunettes de réalité augmentée grand public, moins encombrantes que des casques de réalité virtuelle.

Si elles ne sont pas encore arrivées à maturité, ces technologies AR/VR touchent déjà les domaines du divertissement, de la consommation, du travail… et ce n’est que le début ! “Les équipements AR/VR sont le meilleur moyen d’entrer dans le métavers et de fournir une expérience plus humaine, analyse James Li, Directeur Technologie  chez Orange Silicon Valley. La pandémie a d’ailleurs accéléré cette envie de vivre des expériences immersives virtuelles connectées sur le réel. Demain, les casques de réalité virtuelle se réduiront pour devenir des lunettes connectées et offrir toujours plus de confort et d’expériences sensorielles et cognitives aux utilisateurs.”

 Décentraliser pour la latence… et la confiance

La technologie de l’edge computing est, elle aussi, une brique essentielle du métavers. Dans un monde futur où des millions de personnes vivront des expériences virtuelles persistantes en temps réel, le cloud ne pourra pas centraliser et stocker l’ensemble des ressources. Pour des raisons de latence, il sera nécessaire de répartir ces données sur l’ensemble du territoire. L’edge computing permettra de rapprocher le cloud de nos foyers afin de permettre la mise en œuvre d’applications à faible latence.

Autre brique technologique clé, la blockchain est à la base des NFT (“non fongible token”, jeton non fongible), ces certificats qui donnent une valeur marchande au métavers. Utilisés par exemple pour acheter des œuvres d’art numériques, les NFT garantissent leur identité et leur assignent une valeur en tant qu’œuvres d’origine, permettant d’identifier toute copie comme telle.

Le prérequis de l’interopérabilité

Grâce à la plus grande maturité technologique et à la puissance de la 5G, qui va améliorer la bande passante tout en réduisant la saturation et la latence du réseau, le métavers pourra bientôt voir le jour. Une fois l’ensemble des défis technologiques relevés, la migration des internautes vers ce métavers sera conditionnée par l’interopérabilité. En effet, il est plus intéressant de vivre une expérience virtuelle ou de disposer d’un actif numérique s’il est possible de se déplacer dans un autre univers ou sur une autre plateforme. “Toutes les technologies de la chaîne de valeur du métavers doivent travailler ensemble pour offrir une excellente expérience aux utilisateurs, précise James Li. L’interopérabilité entre les technologies et les acteurs est essentielle pour faire du métavers une réalité et créer un espace ouvert et sans faille.” Un véritable univers alternatif, en somme, et non une collection de communautés 3D simplement juxtaposées et ouvertes aux seuls clients des entreprises qui les possèdent…

Mots-clés :

, , ,