En poursuivant votre navigation sur ce site, sans modifier le paramétrage de vos cookies, vous acceptez l’utilisation de cookies nous permettant de réaliser des statistiques de visite.
En savoir plus

En ce moment

« Réhumaniser la data urbaine par le design »


« La donnée est produite et incarnée par l’homme ; elle produit des échanges et du lien entre les individus. »


Matériau central de la ville du futur, la data est pour beaucoup d’entre nous une notion à la fois mystérieuse et anxiogène. On peut pourtant lui faire raconter de belles histoires, explique Catherine Ramus, ingénieur et designer au sein du Human and Social Sciences Lab d’Orange Labs.

Orange est partenaire de l’exposition « Mutations urbaines Cité des sciences et de l’industrie », présentée jusqu’au 5 mars 2017 à la Cité des sciences et de l’industrie. Comment y abordez-vous la question de la « ville du futur » ?

Ce qui caractérise la ville du futur, c’est sa puissance de production de données. La ville génère de la data, notre clé d’entrée est donc la data. Mais pour le grand public, cette notion de data est à la fois mystérieuse et anxiogène. On ne sait pas qui la produit, qui la traite, ce qu’on en fait. En fait, on ne sait pas vraiment de quoi il s’agit. Cette exposition est pour nous l’occasion de « réhumaniser » la data en la rendant tangible, sensible, compréhensible et même, d’une certaine manière, amicale. Nous sommes ici clairement dans une démarche de design de la data, entre la science, le jeu et la poésie.

Comment transformer de la data urbaine en expérience sensible ?

Nous présentons les recherches effectuées dans le cadre de deux projets : « Empreinte de mouvement » et « SonaR ». Le premier s’intéresse aux déplacements des personnes dans l’espace public, à travers la collecte de leurs données de longitude et de latitude produites par les smartphones, sur une durée de quelques semaines. Ces données individuelles de géolocalisation vont donner naissance à des cartographies tridimensionnelles, que nous appelons empreintes de mouvement. Le relief des empreintes révèle le temps passé par une personne sur un territoire : les endroits fréquentés apparaissent sous la forme de proéminences plus ou moins importantes, les zones peu ou pas explorées sont a contrario repérables par le manque de relief.

article_01_780x480

Comment réagissent les personnes confrontées à leur propre « empreinte » ?

Nous avons suivi les déplacements de quelque soixante-dix personnes et leur avons présenté leur propre empreinte. Ce qui peut sembler incroyable, c’est qu’elles se sont très vite reconnues. En outre, elles ont beaucoup échangé entre elles, tout comme d’ailleurs pour la deuxième expérience, « SonaR ». Il s’agit ici de restituer par le son l’activité des antennes mobiles, soit en temps réel, soit sur une période donnée. Le design donne une réalité sonore aux événements qui traversent les antennes : les SMS envoyés et reçus, les appels émis et reçus, les données Web consommées. Nous pouvons ainsi « donner à entendre » la ville et faire prendre conscience de l’activité d’une collectivité urbaine tout entière, de ses échanges permanents, en invitant chacun à se projeter comme partie prenante – et vivante – de cette collectivité.

L’idée, in fine, est-elle de « dédramatiser » la notion de ville du futur ?

En choisissant une démarche de narration, en livrant des paysages de présences individuelles et collectives, nous voulons montrer que la donnée stockée et accumulée est produite par l’homme, incarnée par l’homme, qu’elle produit des échanges et du lien entre les individus.

« Mutations urbaines », l’expo
Croissance démographique, vieillissement des populations, généralisation de l’utilisation des datas… Les villes sont en pleine transformation et présentent pour le 21e siècle des enjeux majeurs. Avec le soutien de l’ADEME, Orange et Suez, l’exposition « Mutations urbaines. La ville est à nous ! », à la Cité des sciences et de l’industrie jusqu’au 5 mars 2017, propose une « promenade urbaine » en trois grandes étapes : « Villes sous tensions », « Terre urbaine » et « Devenir urbains », abordant à la fois des aspects technologiques, humains et symboliques des évolutions des villes.


« La donnée est produite et incarnée par l’homme ; elle produit des échanges et du lien entre les individus. »


Mots-clés :

, , , ,