En poursuivant votre navigation sur ce site, sans modifier le paramétrage de vos cookies, vous acceptez l’utilisation de cookies nous permettant de réaliser des statistiques de visite.
En savoir plus

En ce moment

MWC 2019 : un réseau 5G nativement multi-services, le Network Slicing fait ses preuves


Un réseau 5G découpé en slices (tranches) pou.r supporter simultanément plusieurs services grand public et entreprise


S’il était déjà décliné avec la 4G, le concept de network slicing trouve son expression la plus achevée avec l’arrivée de la 5G, ouvrant de nouvelles promesses dans la délivrance simultanée de niveaux de service adaptés à plusieurs types d’usages ou d’objets ou de clients. Un potentiel immense dont atteste Orange à travers une démo live lors du MWC 2019.

L’an dernier, toujours à l’occasion du MWC, Orange présentait les résultats d’une expérimentation de network slicing sur la 4G et démontrait son efficacité sur un cas d’usage lié au domaine de la voiture connectée. En 2019, Orange passe à l’étape suivante et démontre  la technique du network slicing (découpage du réseau en sous réseaux « logiques » répondant à différents niveaux de services) sur un réseau 5G.

Des réseaux virtuels dynamiques et flexibles

Pour rappel, deux architectures principales ont été définies pour la 5G : 5G Non Standalone (5G NSA) et 5G Standalone (5G SA). La 5G NSA repose sur un couplage des radios 4G et 5G et utilise possiblement le cœur de réseau 4G tandis que la 5G SA repose sur une radio 5G indépendante (de la radio 4G), sur le nouveau cœur de réseau 5G et constitue la cible à terme des réseaux 5G.

Le network slicing consiste à découper un réseau en plusieurs tranches virtuelles (dites slices), exploitées depuis une infrastructure partagée commune. Chacune de ces tranches est « composable » en fonction des cas d’usage qu’elles supportent, en vue de délivrer un niveau de performance adapté en termes de fiabilité, de latence, de capacité de bande passante, de couverture, etc. Dans cette architecture, la virtualisation est le facilitateur technique de la flexibilité, permettant d’ajuster le réseau au plus près des besoins particuliers de différents clients, entre sur-mesure et à la demande.

Si de nombreux travaux et expérimentations sont menés sur le sujet au sein de l’écosystème des opérateurs, la démonstration réalisée par Orange se distingue de deux manières. D’une part parce qu’elle est fondée sur une architecture de réseau bout-en-bout 5G SA, et ensuite car elle présente un réseau  supportant à la fois des usages entreprise et grand public.

Découpage d’un réseau 5G standalone, la pure 5G

Qing Shen, chef de projet « expérimentation 5G SA » chez Orange, a piloté la mise en œuvre de la démonstration, en lien avec Olivier Simon, Directeur innovation radio, et Nabil Charkani, Directeur architecture & automatisation cœur réseau. « Orange est parmi les premiers acteurs de l’écosystème au monde, et probablement le premier en Europe, à être dans cette configuration expérimentale standalone, expliquent-ils. C’est sur la base de cette architecture qu’a été réalisé le premier appel data et voix 5G SA en novembre 2018. Cette version standalone constitue la pure 5G, mais les premiers déploiements significatifs ne sont pas attendus avant 2021 au plus tôt. Celle-ci proposant des avancées plus poussées que la 5G non-standalone et son architecture hybride qui capitalise sur les réseaux 4G existants. »

La démonstration de network slicing 5G réalisée par Orange lors du MWC relève de ces avancées.

Applications grand public et entreprise en simultané

Elle s’appuie donc sur une architecture expérimentale 5G bout-en-bout standalone déployée à Valence en Espagne en collaboration avec les équipes d’Orange Espagne. Sur cette configuration, plusieurs slices (tranche de réseaux)  de réseau sont mis en œuvre pour supporter trois types d’usages en temps réel. Deux sont basés sur un haut débit mobile amélioré pour une solution de caméra 360° et pour les caméras équipant un véhicule autonome, tandis que le troisième usage  est dédié à un service de jeux multi-joueurs. Avec, pour ce dernier, un comparatif possible entre les performances de latence d’une génération de norme à l’autre : de l’ordre de la trentaine de millisecondes avec la 4G jusqu’à 5 millisecondes en 5G à terme. Sur le stand de Barcelone, les visiteurs peuvent  par ailleurs visualiser, à travers un casque VR, les images capturées à Valence via la caméra 360°. Enfin, les statuts des slices sont  restitués en temps réel depuis une interface web et une appli dédiées, afin d’attester du bon comportement des mécanismes de gestion des ressources et de leur adaptation dynamique à l’évolution du trafic dans un contexte de découpage multiple.

Au plus près, au plus juste, au plus vite

« La découpe du réseau de bout-en-bout permet de coller plus efficacement aux besoins particuliers, et la virtualisation offre la possibilité d’instancier à la demande et de placer la fonction requise au plus près du client. Nous sommes ainsi en mesure d’atteindre une flexibilité maximale à travers l’automatisation de la gestion des slices. La démonstration réalisée à Barcelone confirme ces promesses. Plus globalement, elle témoigne du fait que la 5G standalone ne se limite pas à un réseau haut débit mobile amélioré pour le grand public. Elle porte aussi de véritables ambitions dans la sphère entreprise et ouvre la voie à l’introduction de nouveaux services dédiés. En se positionnant dès aujourd’hui aux avant-postes de cette 5G pure, Orange souligne sa volonté d’accompagner tous ses clients entreprise quel que soit le secteur d’activités et de les aider à s’approprier cette nouvelle connectivité ambiante. »


Un réseau 5G découpé en slices (tranches) pou.r supporter simultanément plusieurs services grand public et entreprise


Mots-clés :

, , , , , ,