En poursuivant votre navigation sur ce site, sans modifier le paramétrage de vos cookies, vous acceptez l’utilisation de cookies nous permettant de réaliser des statistiques de visite.
En savoir plus

En ce moment

CES 2018 : vers des technologies plus humaines et utiles


Ce rendez-vous de la tech est passé du statut de salon des biens de consommation électroniques à celui d’innovation mondiale.


L’édition 2018 du Consumer Electronic Show aura lieu du 9 au 12 janvier à Las Vegas.
En avant-première, Luc Bretones, Directeur du Technocentre et d’Orange Fab chez Orange, en présente les grandes tendances au travers de cette tribune. Premier article d’une série en trois volets avec ce qui sera la tendance centrale cette année : une meilleure adaptation à l’humain des technologies robotiques et de réalité virtuelle.

Comme depuis quelques années, le cortège grandissant de ses près de 190 000 visiteurs le décrira, blasé, comme étant moins innovant, répétitif et peuplé de stands (4 000 tout de même…), sans véritable caractère innovant. Viendront, de façon récurrente, comme depuis ses annonces d’octobre à décembre, les interrogations traditionnelles : « le CES a-t-il jamais présenté une innovation de rupture en exclusivité ? ». Et comme chaque année, ils seront tous là, arborant pour certains les badges dorés des alumni des CES de plus de 5, 10, 15 et 20 ans, voire plus.

Car ce rendez-vous de la tech – qui aura lieu du 9 au 12 janvier à Las Vegas – est passé du statut de salon des biens de consommation électroniques à celui de l’innovation mondiale, pas moins.

Il est indéniable que les critiques, pour beaucoup jalouses, faites au CES, coïncident avec une montée en puissance qualitative impressionnante du salon et ses désormais près de 110 000 visiteurs. On parlera donc beaucoup de 5G, réseau, qualité de service et sécurité cette année au CES. (Mais je réserverai mes avis sur le sujet pour le MWC.)

Si l’on reste en harmonie avec ce qui fait l’ADN du CES, le thème majeur de 2018 sera probablement celui de l’humanisation, ou plutôt d’une meilleure adaptation à l’humain des technologies robotiques et de réalité virtuelle. A croire que la philosophie Human Inside d’Orange était visionnaire.

Robots domestiques : pas d’usage sans confiance

La première tendance de ce CES 2018 est celle de robots domestiques empathiques et sensibles. Beaucoup des robots domestiques découverts l’année dernière seront encore présents cette année, sans grande évolution visible de leur design physique extérieur mais dotés de capacités intelligentes à un niveau de prix très abaissé.

Au-delà de la prouesse technologique des années passées, le véritable enjeu apparaît désormais clairement : l’usage et son intensité avec son point d’appui crucial, la confiance. Comme Djingo, Alexa et les autres, ces intelligences artificielles s’apparentent à des assistants personnels. Mais y a-t-il une forte plus-value à les rendre mobiles, à leur faire prendre des expressions ?

C’est une question importante du CES cette année. Quelle place pour les robots face aux assistants virtuels d’applications mobiles ou de smart speakers et autres enceintes connectées ? Et comment ne pas aspirer à l’expression d’une personnalité propre, adaptée à l’objectif du robot et à son contexte familial ?

Le robot domestique Heykuri, conçu par un ancien designer de Pixar, allie empathie et interactions au toucher, à la voix, aux sons, ou encore via la perception vidéo de son environnement. L’expression de son humeur – satisfaction ou réflexion – est retransmise par un jeu de couleurs. Un challenge complet accompli pour 800 dollars !

Dans le même sens, Honda focalise ses travaux sur l’acceptabilité de ses robots, de son intelligence artificielle par l’humain en réduisant par exemple leurs dimensions physiques, et en les dotant d’un sourire. Comme les drones apparus au CES d’abord comme des jouets, puis adaptés à des usages professionnels, les robots de Honda s’immiscent fortement dans le monde business to business avec deux engagements majeurs : être utiles et empathiques.

Le foyer, enjeu stratégique de conquête

L’univers du foyer reste pour autant un enjeu stratégique de conquête. La famille n’est-elle pas souvent comparable à une petite entreprise en constante mutation ? Du robot ludo-éducatif Winky de Mainbot, véritable compagnon multimédia de la famille capable de transmettre des émotions, de suivre l’évolution de l’enfant au fil de son apprentissage, de ses envies et empreint d’une certaine empathie, au robot domestique de surveillance de votre chien, conçu par Camtoy – il s’occupe de lui en votre absence – en passant par la simple poubelle de cuisine pilotée par la voix ou un geste de la main de SimpleHuman – qui n’a jamais rêvé de parler à sa poubelle, franchement ?!? –, on peut constater que tous les registres d’humanisation et de simplification de la vie à la maison sont analysés et transformés.

Et les « Frenchies » sortent une fois de plus bien placés dans cette compétition mondiale avec notamment Buddy de Bluefrogrobotics et son « Best of Innovation Award CES 2018 » ! Une tendance qui ne s’arrête pas aux robots, loin s’en faut.

VR et AR en quête de sens

Réalité virtuelle (VR) et réalité augmentée (AR) ne font pas exception à ce besoin d’humanité et de sens, dans toutes les dimensions du terme. Apparue succinctement les années précédentes, la reproduction du toucher et de la résistance (ou feedback) non seulement à des surfaces mais également à proximité des surfaces se généralise.

La société Tactuallabs propose une variété de cas d’usage et de mises en situation tout simplement exceptionnelle. Même si les démonstrations se révèlent très « techno » et « sorties de labo », l’aptitude au marché des exemples proposés, dans un contexte de réseau fibre ou 4G+/5G à faible latence, ne fait pas grand doute. Le jeu en particulier va pouvoir rencontrer le sport et lui donner une dimension sociale distante, comme Holotennis l’avait démontré lors de Roland Garros 2017.

Si vous avez troqué vos séances de Zumba pour un fitness plus « intense » de type TRX – Total Resistance eXercise – vous adopterez probablement facilement la blackbox-VR et son expérience de fitness avec cordes motorisées pour résister à la demande aux mouvements du sportif.

Et si comme moi, vous vouliez apaiser vos courbatures et adoucir votre réveil musculaire, il ne vous reste plus qu’à tester le siège massant d’Aurasens qui vous permettra de « sentir » physiquement la musique. Hard-rock déconseillé…

Vision immersive 360° virtuelle ou augmentée, retour de force, son dolby « atmos » ou simplement enveloppant : ne manquent que les odeurs… Mais notre jeune spécialiste français du réveil olfactif Sensorwake annonce un partenariat avec Disney pour amener cette dimension en VR ou dans de « simples » jeux vidéo.

A suivre.

Mots-clés :

, ,