En poursuivant votre navigation sur ce site, sans modifier le paramétrage de vos cookies, vous acceptez l’utilisation de cookies nous permettant de réaliser des statistiques de visite.
En savoir plus

En ce moment

Blockchain : vérifier et archiver les documents des Archives nationales en toute sécurité

Les Archives nationales britanniques (TNA) ont lancé, en juin 2018, un projet de recherche visant à utiliser la technologie blockchain pour archiver leurs documents et vérifier leur authenticité. Baptisé ARCHANGEL, ce projet est mené par l’université de Surrey, en partenariat avec l’Open Data Institute, grâce au financement du Conseil de recherche en ingénierie et sciences physiques (EPSRC). Si ces acteurs se sont lancés dans cette aventure, c’est pour résoudre le défi que pose l’archivage numérique, et s’assurer que le public continue à faire confiance aux Archives nationales. En effet, les fichiers informatiques évoluent constamment et finissent par devenir obsolètes. Les disquettes, très utilisées dans les années 1990, n’existent plus aujourd’hui. Afin de conserver les archives, il est donc nécessaire de changer le format des fichiers, et la difficulté consiste à s’assurer qu’aucune modification malencontreuse des informations n’est effectuée pendant ce changement. ARCHANGEL a donc trois objectifs principaux : vérifier la provenance et s’assurer de l’intégrité sur le long terme des documents archivés, pérenniser la confiance du public dans le système des archives publiques, et créer une base de données entretenue en collaboration avec d’autres systèmes d’archives à travers le monde. L’université de Surrey s’est donné 18 mois pour prototyper une technologie blockchain capable d’accomplir cela.

Mots-clés :

, , , , , ,