En poursuivant votre navigation sur ce site, sans modifier le paramétrage de vos cookies, vous acceptez l’utilisation de cookies nous permettant de réaliser des statistiques de visite.
En savoir plus

En ce moment

Big Data : quand la donnée améliore l’efficacité énergétique des réseaux


En corrélant toutes les données obtenues, nous pourrons atteindre pour chaque situation et chaque typologie de sites une configuration énergétique optimale.


Optimisation des sites techniques, alertes en temps réel, partage de bonnes pratiques : grâce à une mesure de plus en plus précise de ses consommations d’énergie, Orange construit des réseaux plus efficaces et moins énergivores.

Entre 2012 et 2017, à l’occasion du renouvellement de ses réseaux mobiles, Orange a lancé un plan de déploiement de sondes de mesures d’énergie sur un échantillon de ses sites techniques. Le but principal du renouvellement était d’améliorer la qualité de service des clients dans tous les pays où Orange est présent ; mais les nouveaux équipements sont également plus efficaces énergétiquement et ont permis à Orange de maitriser la consommation d’énergie de ses réseaux mobiles. « Les équipementiers nous avaient annoncé des chiffres d’économie d’énergie que nous avons pu vérifier et affiner en partant des données terrain, pays par pays, grâce à notre projet de metering », indique Carole Paganus, Responsable des prévisions de consommation d’énergie ITN chez Orange. Aujourd’hui, plusieurs milliers de sites sont équipés de ces sondes, un moyen de mieux comprendre le fonctionnement réel des sites techniques.

Identifier la source des consommations

Pour optimiser la consommation énergétique, il faut d’abord la mesurer ! (« if you cannot measure it you cannot improve it », Lord Kelvin). La mesure permet de savoir, par exemple, à quels moments ont lieu les pics de consommation, comprendre l’impact du trafic (en configuration terrain), des températures, des jours fériés, etc.
« La mesure de la consommation d’énergie dans les réseaux et systèmes d’informations nous permet de suivre la consommation d’énergie de nos réseaux en temps réel, et par l’analyse des données et la modélisation, d’anticiper ses évolutions », souligne Carole Paganus.

Relier les informations

En améliorant la connaissance des profils de consommation de ses sites, et en corrélant les données de consommation avec d’autres informations, Orange arrive à identifier les cas de consommation d’énergie atypique.

Les données engrangées ces dernières années vont permettre bien d’autres améliorations : « Nous pourrons atteindre pour chaque situation et chaque typologie de sites une configuration optimale. Nous avons aussi entamé une forte action de lobbying auprès de nos fournisseurs pour bénéficier de compteurs embarqués directement dans les équipements, de façon à ce que chacun remonte sa consommation de façon native ». Une meilleure connaissance des sites est aussi synonyme d’optimisation de la facture énergétique, pour ajuster les contrats – abonnements, puissance, etc. – au plus près des consommations réelles.

Déceler les dysfonctionnements

Le Big Data apporte un autre avantage indéniable : il fournit des données en temps réel. Ce suivi régulier permet de capter les dysfonctionnements sur le réseau. Dans certains pays, de nombreux sites techniques sont climatisés pour faire face à la chaleur, et un climatiseur peut continuer de fonctionner (et donc de consommer de l’énergie) mais sans remplir son rôle de refroidissement, ou au contraire, refroidir plus que le point de consigne, tout en consommant plus d’énergie. Sans mesure de la consommation et des températures, ces dysfonctionnements sont invisibles et les plages de températures optimales ne sont pas respectées. Avec les mesures réalisées par les sondes, les alertes sont plus rapides et plus précises : cela a conduit à une nette amélioration de l’efficacité énergétique.

Propager les bonnes pratiques

Les données en elles-mêmes ne sont pas le seul vecteur d’optimisation des consommations d’énergie. Orange vient également de lancer une communauté « Big Data Energy » pour générer des partages d’expériences entre tous les pays où Orange est présent. « Plus de vingt cas d’usages ont été identifiés dont certains sont déjà déployés, et ça n’est qu’un début. Les nombreux travaux de recherche menés par Orange dans le domaine du Big Data et de l’Intelligence Artificielle viendront également enrichir cet écosystème, pour faire de Big Data Energy plus qu’un outil d’aide à la décision, mais une véritable communauté d’échanges animée par une ambition commune d’efficacité énergétique ».


En corrélant toutes les données obtenues, nous pourrons atteindre pour chaque situation et chaque typologie de sites une configuration énergétique optimale.


Mots-clés :

, , , , , , , , , , , , ,