Avec la 5G, des expériences XR de plus en plus inclusives et accessibles à tous

Certains obstacles subsistent sur la voie vers l’adoption et l’accessibilité des expériences en réalité virtuelle (VR) et réalité étendue (XR) par le plus grand nombre, tels que le ‘motion sickness’ et le ticket d’entrée pour s’équiper. Grâce aux capacités de la 5G, Orange permet aux usagers de se libérer de certaines contraintes, pour une immersion optimale.

“Valoriser les capacités de la 5G pour offrir des expériences Réalité Etendue (XR) plus inclusives et confortables, en déportant la puissance de calcul graphique via les réseaux.”

Le 12 janvier 2022 à la Défense, Orange et Amaclio Productions lançaient Éternelle Notre-Dame, une visite immersive inédite en réalité virtuelle de la cathédrale, depuis sa construction au Moyen-Âge jusqu’à nos jours. Conçue par Emissive, spécialiste de la création de visites culturelles 3D et de jeux VR, cette expérience de 45 minutes propose une plongée en profondeur dans l’histoire de ce monument emblématique de Paris. Les visiteurs peuvent se promener dans un environnement virtuel, à 360°, en compagnie de leurs amis représentés sous forme d’avatars.

Valoriser les forces de la 5G dans la sphère VR

Ce dispositif de ‘Location-Based Entertainment’ (LBE, “divertissement basé sur le lieu”) présente encore des marges de progression. Fondée sur une connectivité Wi-Fi, l’expérience requiert de s’équiper d’un casque VR et d’un sac à dos embarquant un ordinateur portable, les deux reliés par un câble USB. L’usage peut encore sentir le réel, et sa liberté de mouvement et son confort se trouvent limités. Cependant, comme le démontre un PoC (proof of concept) initié par les équipes d’Orange Innovation, présenté à l’occasion du Mobile World Congress 2022, les nouveaux réseaux mobiles peuvent contribuer à lever ces barrières. “Nous avons décidé de capitaliser sur nos avancées et travaux en matière de valorisation des capacités de la 5G pour offrir des expériences Réalité Étendue (XR) plus inclusives, résume Khalid Oulahal, Chef de projet Services 5G/XR. Il s’agit de déporter la puissance de calcul graphique via les réseaux, afin de s’affranchir du sac à dos et d’accéder à l’expérience depuis un casque d’entrée de gamme, tout en maintenant le même niveau de qualité. Il est ainsi possible de vivre les expériences les plus riches en XR en les ‘streamant’ directement du réseau – c’est ce que permet le Cloud XR. Cette implémentation du Cloud XR pourrait bénéficier et se décliner à différents cas d’usage : jeux premium VR, services en LBE, solutions d’Industrie 4.0 autour du technicien augmenté notamment.”

Des calculs dans les nuages

L’apport de la 5G s’exprime non seulement par la possibilité de se libérer d’un matériel parfois gênant, mais aussi en faisant valoir ses performances brutes. Pour être confortables visuellement et éviter le fameux effet de motion sickness (inconfort lié au mouvement), les expériences VR nécessitent de très hauts taux de rafraîchissement et d’IPS (images par seconde, FPS en anglais), qui peuvent être supportés par les nouveaux réseaux mobiles en termes de latence et de bande passante.

Quant au Cloud XR, cela consiste à “déplacer la capacité de calcul dans le Cloud, détaille Maxime Jouin, Architecte/Développeur Logiciel XR chez Orange Innovation. Le principe se rapproche du bureau à distance, via lequel on prend la main sur un ordinateur éloigné, mais on l’applique ici à un casque VR. L’expérience virtuelle ne s’exécute plus dans le casque ou le sac à dos, mais dans un PC déporté. Ce dernier calcule les images par seconde qui lui sont transmises, les convertit en flux vidéo, lequel est diffusé en direct et restitué vers le casque via les réseaux 5G. De son côté, le casque calcule en permanence la position de l’usager, et envoie ces données vers le PC déporté qui recalcule les images et ainsi de suite.”

La course à la meilleure latence

Via cette approche Cloud XR, il est bien sûr possible d’investir dans des matériels ultrasophistiqués similaires à des PC de gamers. Dotés de cartes graphiques de dernière génération, ils proposent une expérience visuelle en très haute définition et supportant des effets optiques de pointe tels que le traçage de rayon (raytracing, technique de modélisation du transport de la lumière pour générer des images numériques).

La solution présentée au MWC, qui doit être déclinée en 2022 dans le cadre de la visite Éternelle Notre-Dame auprès du grand public, démontre l’intérêt de la 5G au service des expériences VR. Ce potentiel pourrait encore se consolider dans les années à venir, en particulier sur le plan de la latence – un point critique pour le confort visuel des utilisateurs. Le PoC développé au 5G Lab de Rennes a permis d’atteindre une latence de 30ms, sur un réseau 5G Non StandAlone. Avec la transition vers la 5G StandAlone, un gain de 5ms est envisageable. La course à la latence est lancée…

A lire aussi sur Hello Future

6G : préparer aujourd’hui les réseaux mobiles du futur

Découvrir

5G Stand Alone : une boite à outils encore plus flexibles

Découvrir

Conduite en toute sécurité à bord de voitures de plus en plus autonomes

Découvrir
Une jeune femme regarde un vidéo en live sur son ordinateur dans le train

Comment la 5G révolutionne le live streaming

Découvrir
Illustration du graphène

Le graphène, un accélérateur d’innovation pour l’optoélectronique de demain

Découvrir