En poursuivant votre navigation sur ce site, sans modifier le paramétrage de vos cookies, vous acceptez l’utilisation de cookies nous permettant de réaliser des statistiques de visite.
En savoir plus

En ce moment

Au-delà de l’IA, l’intelligence ambiante pour un environnement attentionné


L’Intelligence Ambiante, une révolution profonde, à l’image de l’internet il y a 30 ans, et susceptible de modifier notre relation au monde et aux objets.


A l’occasion de l’ouverture du Salon de la Recherche d’Orange le 2 avril 2019, Nicolas Demassieux, Directeur de la Recherche d’Orange, partage sa vision de l’Intelligence Ambiante, qui transformera profondément la relation aux objets qui nous entourent et plus largement à notre environnement.

L’Intelligence Artificielle est aujourd’hui au centre d’une attention médiatique et de beaucoup de questions et spéculations. Concrètement, elle est déjà impliquée à petites touches dans nos vies quotidiennes sans parfois même que nous percevions sa présence ni sa contribution. Son potentiel est déjà significatif mais loin d’être pleinement utilisé. L’Intelligence Artificielle, bien employée, peut être un immense facteur de progrès économiques et sociétaux.

Les puissants outils d’Intelligence Artificielle (apprentissage automatique, deep learning…), amplifient la transformation numérique. Ces outils transforment plus efficacement des données brutes en connaissances exploitables. Ils replacent la programmation explicite de logiciels par des développeurs humains et par un apprentissage automatique à partir d’un grand ensemble de données. Ils rendent possible des interactions plus naturelles via des interfaces vocales

Un alignement de planètes technologiques

Si l’avenir de l’Intelligence Artificielle s’écrit dès maintenant, il s’écrit aussi en cohérence et en complémentarité avec d’autres transformations technologiques. L’ère du numérique ubiquitaire, qui succède à celle de l’ordinateur central et de l’ordinateur personnel, a changé la donne. En permanence, nous sommes entourés de capacités de calcul et  de communication : dans nos smartphones, dans la voiture, dans le lave-vaisselle, dans une télécommande, etc. De plus en plus d’appareils embarquent ainsi un petit supplément d’intelligence, et bénéficient par ailleurs de la connectivité ambiante procurée par nos réseaux qui sera amplifiée par le déploiement prochain de la 5G. Cette tendance va s’étendre dans les années à venir, accentuant l’omniprésence de technologies de l’information progressivement embarquées dans tous les objets qui nous entourent, pour constituer peu à peu un environnement plus intelligent et plus capable.

C’est la convergence de ces mondes, l’Intelligence Artificielle, la connectivité ambiante et l’Internet des Objets, qui provoquera l’émergence d’une Intelligence Ambiante. A l’opposé d’une Intelligence Artificielle “big brother”, centralisée et omnisciente, cette une intelligence ambiante sera décentralisée, intimement mêlée aux objets qui nous entourent, sensible et capable de créer, du point de vue des utilisateurs, un univers réactif et attentionné à leur présence et à leurs besoins.

Pour une ambiance intelligente

Il ne faut pas s’y tromper, il y a là une révolution profonde, à l’instar de ce que fut la révolution de l’internet il y a 30 ans, et susceptible de modifier notre relation au monde et aux objets. Jusqu’à bouleverser certaines conceptions héritées de la tradition philosophique, telles la distinction  qu’Aristote opérait entre objets vivants et inanimés, ces derniers étant dénués de toute capacité de perception et d’action, et en particulier celle de se transformer de leur propre chef. C’est cette aptitude nouvelle qui est maintenant conférée aux objets par  les technologies d’apprentissage automatique (Machine Learning).

En transformant nos modes de pensée et nos interactions avec ce qui nous entoure, cette intelligence ambiante ouvre des perspectives nouvelles. Afin de nous offrir une meilleure compréhension de nous-mêmes, avec des applications dans la santé notamment, pour détecter des signaux potentiellement précurseurs de maladies. Afin d’avoir une meilleure analyse de notre planète, sur des enjeux sociétaux et environnementaux majeurs tels que le changement climatique, par exemple en mettant l’Intelligence Ambiante au service de la mobilité douce ou de l’économie frugale et circulaire. Et enfin pour anticiper les futurs probables grâce à l’optimisation des techniques de Big et Smart Data – on pense en particulier au développement de la maintenance prédictive, parmi d’autres déclinaisons.

Ce ne sont là que certains des bénéfices attendus de l’émergence de l’Intelligence Ambiante : elle est, en somme, un formidable véhicule d’amélioration et de simplification de la vie quotidienne pour tous.

La conviction et le rôle d’Orange

L’Intelligence Ambiante est d’ores et déjà une réalité, mais elle n’est pas nécessairement et systématiquement « connectée ». Ses fondations sont posées, et de nouvelles briques technologiques seront prochainement ajoutées pour les solidifier – la 5G en tête, avec laquelle pourraient être connectés, dans les endroits où cela est nécessaires, jusqu’à un million d’objets au kilomètre carré ! Ramené à la situation d’une ville comme Paris (100 km², 2 millions d’habitants mais aussi… 200 000 arbres ou 350 000 sources de lumière), cela correspond à une cinquantaine d’objets et capteurs connectés par habitant. La 5G fait en sorte que les capteurs environnementaux soient frugaux en énergie, ne s’activent que quand c’est strictement nécessaire et puissent agir localement quand c’est possible. Cela permet de « connecter » les habitants, arbres ou équipements urbains afin, par exemple, de mieux gérer les ressources.

Demain, l’Intelligence Ambiante prendra donc une nouvelle dimension.
Si nous sommes convaincus que cette transformation constitue une opportunité, nous n’en oublions pas moins qu’elle entraîne de nouveaux enjeux. Appréhendée  à travers le prisme de notre philosophie Human Inside, l’Intelligence Ambiante se doit d’être au service de l’humain, de la société, de la planète. Elle doit être utilisée  dans un cadre raisonné. C’est-à-dire un cadre tenant compte des exigences fondamentales de protection des données personnelles, de respect de la vie privée, de sécurité, et délimité par des considérations éthiques rigoureuses.

En capitalisant sur l’expertise de la Recherche d’Orange en matière d’IA, et en reliant celle-ci au monde de l’IoT grâce à notre implication dans le développement des technologies de connectivité, nous construisons l’Intelligence Ambiante depuis plusieurs années déjà, et continuons chaque jour de la modeler. Parce que nous maîtrisons les facettes de l’Intelligence Ambiante, nous nous trouvons aux avant-postes de cette révolution pour en développer les technologies, aussi bien que pour en penser les usages responsables. Nos trois plateformes de recherche Home’in, Thing’in et Plug’in travaillent sur chacune de ces facettes.

Ce rôle de pionnier de l’Intelligence Ambiante, la recherche d’Orange l’assume avec résolution et avec responsabilité, en lien avec son écosystème, et en cohérence avec les principes énoncés précédemment.

L’Intelligence du XXIe siècle sera ambiante, ou ne sera pas.


L’Intelligence Ambiante, une révolution profonde, à l’image de l’internet il y a 30 ans, et susceptible de modifier notre relation au monde et aux objets.


Mots-clés :

, , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,