La réalité mixte au chevet des patients atteints d’AVC

Opération chirurgicale dans un bloc opératoire
Le bloc opératoire connecté est une des grandes promesses de la 5G : son débit et sa latence permettront de développer la télé-chirurgie, en invitant d’autres médecins au cœur de l’hôpital. C’est dans cette perspective que travaille la start-up brestoise Intradys. Sa solution combinant réalité mixte et intelligence artificielle rend possible de réunir à distance une équipe de spécialistes autour du patient. Cette technologie ferait gagner de précieuses minutes dans la prise en charge des accidents vasculaires cérébraux (AVC).

“C'est comme si les chirurgiens étaient côte à côte et pouvaient se parler et pointer les mêmes choses sur les images du patient.”

C’était une première mondiale. En novembre 2020, un chirurgien brestois, équipé de lunettes de réalité mixte, a opéré un patient atteint d’un AVC sous le regard bienveillant et aidant d’un confrère de l’hôpital de Rennes, connecté à un espace de travail sur son ordinateur. Les deux médecins avaient accès en direct aux mêmes images neuroradiologiques, ainsi qu’à une représentation en 3D des artères. “Cette technologie change vraiment la capacité de dialogue entre confrères”, s’enthousiasme Gwenaël Guillard, CEO d’Intradys, la jeune pousse bretonne qui a développé cette solution baptisée Lumys. “C’est impressionnant de voir comment une bulle se crée entre les deux intervenants qui, comme s’ils étaient côte à côte, peuvent non seulement se parler mais aussi pointer les mêmes choses sur les images du patient.”

Une aide à distance qui peut sauver des vies

On parle ici de réalité non pas virtuelle mais mixte. Dans la réalité virtuelle, un casque coupe l’utilisateur de la vraie vie. Avec ces lunettes de réalité mixte, des éléments virtuels, comme des photographies ou des représentations 3D, viennent se superposer à la réalité du bloc et non pas la remplacer. “Voir en 3D permet au médecin sur place d’avoir une meilleure compréhension mais, surtout, cela permet au médecin à distance d’avoir lui aussi cette compréhension et d’avoir ainsi les mêmes données pour discuter. Cela n’a rien à voir avec une discussion par téléphone”, constate Gwenaël Guillard. Le médecin voit et entend parfaitement sa salle, ses patients, ses collègues, tout en pouvant grâce à Lumys communiquer avec un autre professionnel à distance. C’est tout l’intérêt de la technologie : pour des opérations complexes, à la suite d’un AVC, l’aide à distance d’un soignant plus aguerri peut s’avérer salvatrice.

Les AVC sont une des principales causes de mortalité en France. Chaque année, 150.000 personnes en sont victimes et 30.000 en décèdent. La prise en charge des malades constitue une véritable épreuve contre-la-montre : plus elle est rapide, moins les séquelles seront importantes. “Les opérations pour un AVC ont lieu 24h sur 24, 7 jours sur 7 : ce sont toujours des urgences. Toute connexion instantanée, immédiate, vers un spécialiste est appréciable. On ne peut pas attendre un jour ou deux d’avoir le retour du confrère ou qu’une personne fasse le déplacement”, relève Gwenaël Guillard. Lumys pourrait également être utilisé en faculté de médecine, ou pour faciliter la formation des médecins par les représentants des fabricants de matériels.

La 5G pour l’ajout d’une couche d’IA

Pour apporter une couche d’intelligence artificielle à sa solution, la jeune pousse brestoise effectue des essais à l’Orange 5G Lab de Rennes. A terme, le casque Lumys a pour objectif d’apporter une aide à la décision au cœur du bloc opératoire sans écran, sans ordinateur – uniquement à travers le casque, grâce à une analyse en temps réel des données des patients par une IA située dans le cloud. “Dans cette optique, la 5G représente une solution, en offrant sa capacité de communication d’un très grand volume de données, sans temps de latence, tout en garantissant une sécurité et une priorisation des données”, analyse Gwenaël Guillard.

L’entrepreneur envisage un bloc opératoire hyperconnecté dans un futur proche : “Tous les processus y seront optimisés en utilisant les données qui circulent au cœur des hôpitaux. Le bloc sera également connecté vers l’extérieur avec d’autres hôpitaux, par exemple entre des CHU et des centres hospitaliers plus proches du public. Des opérations complexes pourront ainsi être réalisées à distance avec le support des CHU, grâce à une solution comme Lumys.”

La 5G a déjà joué un rôle majeur dans la pandémie de Covid-19. Souvenez-vous : en janvier 2020, les images de la construction d’un hôpital en 10 jours à Wuhan en Chine avaient impressionné le monde entier. Une information était en revanche passée inaperçue : cet établissement de fortune était entièrement connecté en 5G ! La connectivité 5G a permis d’absorber l’énorme volume de communication dans cette zone éloignée du centre-ville et de mettre en place un système avancé de téléconsultation à distance, donnant à des experts basés à Pékin la possibilité de discuter des protocoles de traitement avec leurs collègues de Wuhan. Ce n’est visiblement qu’un début.

A lire aussi sur Hello Future

Une femme note quelque chose devant un objet connecté en extérieur

Qualité de l’air : l’enjeu de l’interopérabilité des données

Découvrir

Le satellite ouvre de nouveaux horizons à l’Internet des objets

Découvrir

Avec Holosport, les rencontres sportives prennent une nouvelle dimension

Découvrir

TwinswHeel, le robot qui porte vos courses

Découvrir

Tikaway : des lunettes connectées accessibles à tous les professionnels

Découvrir

L’Internet des Objets avec Orange : une opportunité pour les start-up

Découvrir

L’Open IoT Lab permet de travailler sur les réseaux du futur

Découvrir